Voir toutes nos destinations et activités

 

visa-vacances-travail-australie.jpg

Alors que les licenciements se multiplient sur les marchés financiers et dans l’industrie automobile, le secteur de l’hôtellerie / restauration connait une telle pénurie de main d’œuvre en Australie que le gouvernement prévoit de faire venir 36,000 cuisiniers et backpackers de l’étranger.

 

John Lee, directeur du Forum Transport et Tourisme, a déclaré hier: “Nous aimerions employer davantage de locaux, mais malheureusement ceux-ci refusent de se salir les mains, nettoyer les toilettes ou servir des gens ; ils jugent ces jobs dégradants ».

L’accord passé entre l’industrie du tourisme et le gouvernement devrait autoriser les employeurs à embaucher de la main d’œuvre internationale au moyen d’un visa court terme (2 ou 3 ans) similaire au visa 457 s’appliquant au secteur minier.

 

Le déclin des étudiants internationaux en Australie et les salaires élevés de l’industrie minière ont largement contribué à la pénurie de main d’œuvre dans l’industrie du tourisme, qui repose entièrement sur des profils étrangers, visa vacances travail et backpackers, à l’instar de Steven Nee, étudiant irlandais de 26 ans en MBA au Charing Cross Hotel à Waverley, dans les environs de Bondi (Sydney). “J’aime ce boulot. . . Je suis mieux payé ici mais le coût de la vie est aussi plus élevé, admet-il en ajoutant que ses amis étudiants partageaient son avis.

 

Anna Kopo, backpacker finlandaise de 19 ans en visa vacances travail Australie, décroche un job de barmaid au pub Irlandais Irish Murphy à Brisbane le jour même où elle dépose son CV. “C’est vraiment facile de trouver un job dans un bar ou un restaurant, il y a tellement d’offres par ici“ explique Melle Kopo.


Le Ministre du Tourisme australien Martin Ferguson rappelle que le secteur du tourisme rapporte plus de 35 milliards de dollars par an à l’économie australienne. De ce fait, le problème de l’emploi dans le tourisme est devenu une des priorités du gouvernement australien (…) Il ajoute que si l’industrie touristique offre 36,000 jobs disponibles actuellement, 56,000 nouveaux jobs pourraient encore se créer d’ici 2015, en particulier dans les zones rurales.


Si les backpackers et les working holiday visa étaient le moteur de l’industrie touristique dans certaines régions d’Australie comme Airlie Beach, Queensland, eux aussi se tournent aujourd’hui vers l’industrie minière ou agricole, pour pouvoir renouveler leur visa vacances travail (d’après la clause : travailler 3 mois en milieu rural pour étendre son working holiday visa de 12 mois). « Les backpackers et working holiday visa constituent prés de 40% de la main d’œuvre a certains endroits mais ils partent peu a peu. Pour y remédier, le gouvernement pourrait, en quelques décrets, appliquer au secteur touristique les mêmes conditions préférentielles pour les visa vacances travail dont bénéficient les zones rurales telles que Margaret River, Barossa ou le nord Queensland. » (…)


Trish Larkin, la manager du Charing Cross Hotel, est Irlandaise. A part Mr Nee, elle dit préférer embaucher des locaux. Trouver de bons employés a toujours été difficile, déclare-t-elle. Je comprends que le gouvernement essaie de faire venir des gens, mais mon but actuel est de m’entourer d’autochtones, et non de personnes de passage. »  “Ils sont la, c’est sûr - reste à les trouver. Nous finirons bien par en débusquer. »

 

Traduit du Australian Financial Review. Pip Freebairn, Mark Ludlow and Katie Walsh (24.01.2012)

 

Pour plus d'infos, voir nos rubriques working holiday visa Australie ou jobs en working holiday visa Australie

Disclaimer: Freepackers ne sera pas tenu responsable du contenu publié par des tiers, journalistes, freelance ou bloggers. Toute accusation de plagiat concernant ces articles sera cependant étudiée, et les articles concernés seront supprimés le cas échéant.